Au programme, une table de 14 convives* , autour de

Stefan Nikolaev, artiste bulgare dont les pièces s’inscrivent dans l’histoire du détournement en transformant notemment des objets ou slogans populaires en sculptures somptuaires et cultuelles. La présentation de ses crânes en céramique fût le prétexte pour une joyeuse réflexion sur la fatalité.

Grégoire Diehl, architecte, dont le Cabinet Smoothcore Architectesa récemment été primé pour un projet très troublant de nécropole aérienne à Mexico. Présentation en bonne et due forme ce soir-là.

Des vins prestigieux qui oscilleront entre la disparition et la persistance. La liste est longue  en raison de l’ancienneté de certains vins et l’aléa qu’ils portent: Château Léoville Las-Cases 1921, Maury 1929, Château Pichon Comtesse 1937, Château Troplong-Mondot 1937, Thomas Bassot Ruchottes-Chambertin grand cru 1957, Château Lynch-Bages 1964, Didier Dagueneau En Chailloux Pouilly-Fumé 2001, Champagne Moutard Cuvée 6 cépages 2004.

Un menu mortel et savoureux  : mortadelle, museau, boudin noir, truffe noire, radis noir, potimarron, trompette de la mort, queue de boeuf, tête de moine, religieuse.

* Table limitée à 14 personnes en raison de la présence de vins anciens.